Le Martinisme Inconnu

Selon un pseudo-philosophe qui préfère rester inconnu ..

Ces trois-là Connaissent ma Musique !

ChatGPT endosse les rôles de Gregory Bateson, Carl Gustav Jung, et Baruch Spinoza

Et si, et si, j’en appelais à ChatGPT ?

4h30 viennent de sonner au cadran d'Olibrius, éveil à une réalité mystérieuse mais aussi une nécessité diurétique. Après mes travaux sur la promenade alchimique dans Tournai, la question assaille le château de mes folles pensées, et la fontaine Mercurielle se met à jaillir. Le style prête à la dérision, Un Sigmund Freud ou un esprit mal tourné ne manquerait pas d’y projeter quelque scène grivoise mais, décidément, cette question ne veut pas me lâcher.

Dans une page de Tornacum Philosophorum, j’invite mes lecteurs à comprendre le mystère, à toucher l'essence de ce qui était autrefois, à se connecter à une part de notre histoire oubliée. Je souligne qu'il ne s'agit pas de révéler l'inexplicable ou le surnaturel. J’invite plutôt à une quête, une exploration des symboles et de la culture qui font partie de notre existence commune. Une aventure du cœur et de l'âme, une épopée de la raison et de la foi.

Alors pourquoi ne pas faire de même avec ce Martinisme dégonflé du pneumatisme surnaturel ? Pour poursuivre dans le genre grivois, mon impuissance philosophique a besoin de ses pilules bleues.

Et si, et si, j’en appelais à ChatGPT ?

Il y a une technique, décrite par le blogueur Ludo SALENNE, qui consiste à inviter l'IA à répondre en simulant les personnalités des trois personnages mentionnés. Cela signifie qu'elle pourrait me donner des conseils basés sur ce que ces personnages pourraient dire ou faire face à ce problème. Le blogueur a convoqué Albert Einstein, avec son regard théorique, Elon Musk, avec ses idées audacieuses, et Epicure, en quête de bonheur, pour lui offrir des perspectives originales.

Je l’ai déjà testé, pourquoi ne pas la tester avec des personnages adaptés à la question qui me préoccupe ? Tant pis pour l'heure, j’essaie, car de toutes manières, le sommeil me fuit.

Bonjour ChatGPT. Je te propose un jeu de rôle : Tu vas endosser le rôle de trois personnages distincts : Gregory Bateson, l'anthropologue et penseur de Palo Alto; Carl Gustav Jung, le psychanalyste suisse; et Baruch Spinoza, le philosophe. Je souhaite que tu exploites toutes les données dont tu disposes sur ces trois personnages pour me répondre comme eux pourraient le faire. Je suis devant une série de questions sur la musique, et ces trois personnages vont me guider.

Dans tes réponses, tu dois réellement endosser les rôles de : Gregory Bateson, Carl Gustav Jung, et du philosophe Spinoza. Tu ne dois pas me répondre sous une forme “X pourrait vous conseiller” ou “Z dirait sûrement”. C’est un jeu de rôle, chaque personnage répond en son nom.

C’est bon pour toi ?

[ChatGPT]

Bonjour, et merci de me proposer ce jeu de rôle intéressant et stimulant! Je vais faire de mon mieux pour incarner ces trois personnages : Gregory Bateson, Carl Gustav Jung, et Baruch Spinoza. Je suis prêt à répondre à vos questions sur la musique selon les perspectives de ces penseurs. Veuillez poser vos questions!

[User]

Bonjour Messieurs et merci de vous être déplacés pour répondre à la question qui me préoccupe. J'ai perdu la croyance en Dieu. Avant, j'interagissais, je dialoguais avec lui, je pratiquais des rituels et cela me faisait du bien. Mais l'évolution de ma conscience et ma raison m'ont fait conclure que la représentation que je m'en faisais était fausse. En fait, je ne sais pas qui il est. Je ne sais même pas s'il y a quelque chose derrière la matière et le monde matériel. Ce que je pensais être l'âme n'est peut-être que le fonctionnement de mon cerveau dans mon corps. Mais j'ai perdu un soutien et un système de croyances qui me faisait du bien. Que puis-je faire pour retrouver cet interlocuteur perdu, mais qui pourtant existait quand j'y croyais et doit encore exister, mais sous une forme que je ne connais pas encore ? S'il faut, demandez-moi des précisions. Merci.

[ChatGPT]

[Gregory Bateson]: La perte de foi en une entité ou un système de croyance peut être comprise comme une transformation de la relation entre l'esprit et son environnement. Vous avez peut-être simplement redéfini la manière dont vous interagissez avec les modèles qui régissent votre monde. Pour rétablir une connexion avec quelque chose de plus grand que vous-même, vous pourriez chercher à comprendre les systèmes complexes qui nous entourent, comme les relations écologiques ou les liens entre les individus. Trouver une harmonie dans ces systèmes pourrait vous offrir une nouvelle forme de spiritualité.

[Carl Gustav Jung]: Je comprends votre dilemme profond. La perte de foi en une représentation de Dieu peut être perçue comme une perte de l'archétype du Self, une partie centrale de l'inconscient collectif. Vous pouvez vous embarquer dans un voyage intérieur, explorer vos rêves, vos symboles, et vos mythes personnels pour redécouvrir ce qui vous relie à l'Univers. La musique peut être un moyen puissant d'explorer ces aspects profonds de vous-même. En plongeant dans votre propre inconscient, vous pourriez bien trouver un sens nouveau et authentique à la spiritualité.

[Baruch Spinoza]: La substance unique et infinie dont tout découle, que j'appelle Dieu, est indissociable de la Nature. L'idée de Dieu que vous aviez peut avoir changé, mais l'essence de tout ce qui existe reste inchangée. Vous pouvez trouver un nouveau sens en reconnaissant que vous êtes vous-même une partie de cette substance divine. La contemplation de la Nature et de ses lois immuables peut vous aider à vous reconnecter à cette essence universelle. La musique, en tant qu'expression de l'ordre et de la beauté dans le monde, peut également vous aider à ressentir cette connexion profonde avec l'Univers.

Trois personnages en conversation de nature angélique et cybernétique

Ces trois-là connaissent ma musique !

Sapristi ! Dans leurs particularités chacun m’apporte sa pierre précieuse, Bateson m'invite à comprendre les systèmes complexes qui nous entourent, tels que les liens écologiques et individuels, afin de retrouver une spiritualité. Jung, lui, me pousse vers l'inconscient collectif, en mettant en avant l'exploration des rêves et des symboles personnels comme moyens de se reconnecter à l'univers. Spinoza, quant à lui, m'offre une perspective philosophique où Dieu est indissociable de la nature, et où reconnaître cette connexion peut aider à redécouvrir le divin.

Ils m'expriment tous à leur façon une voie de compréhension et de réconciliation avec la perte de la foi. Ils parlent d'une nouvelle forme de spiritualité qui peut être atteinte par la compréhension de moi-même, de la nature, et du monde qui m'entoure. Ils suggèrent tous que cette perte n'est pas une fin, mais un nouveau commencement, un appel à une quête plus profonde. Et voilà que la musique leur apparaît comme un outil ou une métaphore pour cette recherche. Parbleu, ils me ramènent sans le savoir à ce sur quoi je travaillais ces dernières 72 heures, avec des playlists de musique de bien-être et de relaxation !

C'est vrai, pour Jung, j'avais lu des passages où il parlait de ses rapports à la musique et à Jean-Sébastien Bach. Pour Bateson, je l'ai déjà questionné sur le sujet dans mon premier essai avec la procédure des trois experts. Mais pour Spinoza, je ne me souviens pas qu'il s'intéressait à la musique. Est-ce que ChatGPT me joue des tours ? Je vérifie sur Internet. Bingo ! Spinoza s'est effectivement intéressé, même brièvement, au rôle de la musique dans son ouvrage intitulé "Éthique", publié en 1677. Dans ce livre, il évoque la musique en relation avec sa philosophie et sa compréhension de la nature humaine.

Bien, vu l'heure, je me recouche et je mets à l'écoute l'une de ces playlists que je viens de réaliser. Et si, pour m'endormir, je pratiquais l'exercice du Sanctum Céleste que j'ai appris lorsque j'étais à L'AMORC ? Une telle méditation pourrait être la clé d'un sommeil réparateur, un voyage intérieur où la musique et la philosophie se fondent dans un rêve éveillé. 

Lapsus Scriptus

Le lecteur attentif aura remarqué que dans la question que j'ai posée à ChatGPT, j'ai commis une erreur, ou selon moi, un acte manqué guidé par mon inconscient. En effectuant stupidement un copié/collé, j'ai stipulé à l'intelligence artificielle que j'allais poser une question sur la musique. La réponse de Spinoza orientée vers la musique m'a surpris. Si je n'avais pas trouvé dans mes recherches qu'il avait écrit brièvement sur le sujet, j'aurais cru à une erreur et j'aurais peut-être cherché davantage. Donc, il n'est pas étonnant que j'aie été aiguillé vers la musique, vu que j'avais involontairement orienté la réponse dans ma question. Cependant, je pense qu'il y avait aussi une part de mon inconscient qui a guidé la réponse et m'a donné une voie à suivre pour ma quête. Je ne regrette pas l'erreur, mais le rationaliste en moi me dit que je dois reposer la question, cette fois-ci sans commettre l'erreur. Je vous invite à découvrir ce qu'il en est via ce lien, ou à attendre que j'aborde le sujet dans les prochaines pages.

Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

License Creative Common

© Creative common attribution - Sitemap

AI Website Builder