Le Martinisme Inconnu

Selon un pseudo-philosophe qui préfère rester inconnu ..

Lapus Scriptus ! Bonus ou Malus ?

Jeudi 26 octobre 2023, je suis à 48h de mon anniversaire où je célèbrerai mes 62 ans. Quelque chose semble clocher.

Depuis la fin des vacances scolaires, j'ai repris le travail. Naturellement, ma tâche d'enseignement a repris une place centrale, reléguant au second plan mes rédactions ésotériques. Toutefois, mon rôle d'orateur dans certains milieux me pousse toujours à réfléchir sur ce sujet.

Les insomnies font leur réapparition. Dès qu'un besoin diurétique se manifeste à 4h00 du matin, il m'est difficile de retrouver le sommeil pendant au moins une heure. À ce rythme, je pourrais rapidement me retrouver en mauvaise posture, tant physiquement que mentalement.

Serais-je un peu fou ? J'ai proposé de présenter une planche sur l'intelligence artificielle à mes Frères de l'Atelier. Lors de la rédaction, j'ai parcouru de nouveau les pages de mon site web. Google ne semble indexer qu'une seule page, et je n'ai pas encore trouvé comment l'encourager à en explorer davantage.

L'intelligence artificielle est un outil puissant, mais pour ceux qui, comme moi, ont tendance à penser en roue libre et à se disperser, on s'éparpille et on perd le fil de nos actions. Résultat : certaines parties de ce site stagnent !

Mais revenons à mes préoccupations. En relisant les pages de mon site, j'ai remarqué qu'à un moment crucial où j'interrogeais trois experts, je me suis trompé de manière flagrante. En copiant-collant une question que j'avais formulée sur la musique pour l'intelligence artificielle dans un autre contexte, j'ai malencontreusement inclus une référence à la musique dans ma question philosophique. Un beau lapsus dans l'ère électronique. C'est pourquoi les réponses obtenues tournaient principalement autour de la musique.

Je considère actuellement que, inconsciemment, mon cerveau m'a dirigé vers une solution qui fonctionne. Cependant, je ne peux pas attribuer les mérites de cette réponse à l'intelligence artificielle. C'était plutôt une coïncidence. En tant que rationaliste, je dois donc reformuler correctement ma question et analyser les réponses qui me seront fournies.

Allons-y.

Rappel de la question exacte

Bonjour Messieurs et merci de vous être déplacés pour répondre à la question qui me préoccupe.
J'ai perdu la croyance en Dieu.
Avant, j'interagissais, je dialoguais avec lui, je pratiquais des rituels et cela me faisait du bien. Mais l'évolution de ma conscience et ma raison m'ont fait conclure que la représentation que je m'en faisais était fausse. En fait, je ne sais pas qui il est. Je ne sais même pas s'il y a quelque chose derrière la matière et le monde matériel. Ce que je pensais être l'âme n'est peut-être que le fonctionnement de mon cerveau dans mon corps. Mais j'ai perdu un soutien et un système de croyances qui me faisait du bien. Que puis-je faire pour retrouver cet interlocuteur perdu, mais qui pourtant existait quand j'y croyais et doit encore exister, mais sous une forme que je ne connais pas encore ?
S'il faut, demandez-moi des précisions. Merci.

Réponses

Gregory Bateson : Bonjour. Je comprends votre sentiment de perte. Vous évoquez le dialogue que vous aviez avec cette entité, que vous appeliez "Dieu". Si nous considérons la communication et les systèmes de croyance comme des formes d'interactions et de relations, vous avez perdu une relation significative. Cela peut avoir un effet similaire à la perte d'un proche. Dans ma vision des choses, l'esprit n'est pas seulement dans l'individu, il est aussi dans les relations, les connections, les échanges entre les êtres et leur environnement. Peut-être pourriez-vous envisager de retrouver un sens ou une croyance en recherchant une nouvelle manière de vous connecter au monde, aux autres, à la nature. Les rituels, par exemple, peuvent être des façons de créer et maintenir des connexions, même sans une figure divine spécifique au centre.

Carl Gustav Jung : La quête spirituelle et la connexion avec le divin est souvent profondément ancrée dans la psyché humaine. Votre perte de foi en une représentation spécifique de Dieu pourrait être perçue comme une "nuit obscure de l'âme", une phase où l'ancien moi et ses croyances se désintègrent pour laisser place à une nouvelle compréhension. Le divin peut prendre de nombreuses formes dans l'inconscient collectif, à travers des archétypes et des symboles. Peut-être pourriez-vous explorer vos rêves, vos intuitions, et votre imaginaire pour retrouver une connexion avec un "Dieu" ou une spiritualité qui a du sens pour vous, même si elle est différente de celle que vous aviez avant.

Baruch Spinoza : Pour moi, Dieu n'est pas une entité séparée de la nature ou du monde. Dieu est identique à la nature. Tout ce qui existe est en Dieu et rien ne peut exister en dehors de Dieu. Si vous avez perdu la foi en une conception anthropomorphique de Dieu, vous n'avez pas nécessairement perdu Dieu lui-même. En comprenant la nature, en étudiant le monde autour de vous, vous pourriez découvrir une forme de divinité immanente. La perte de foi en une représentation spécifique ne signifie pas la perte de la connexion avec le divin. Cherchez-le dans la rationalité, la nature, et les interconnexions de tout ce qui existe.

Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

License Creative Common

© Creative common attribution - Sitemap

No Code Website Builder