Le Martinisme Inconnu

Selon un pseudo-philosophe qui préfère rester inconnu ..

La Position de l'Anthropologue

Pour comprendre une culture, une religion, une philosophie, ou dans mon cas, un système de croyance, il faut s'immerger dans le sujet, tout en gardant une certaine distance pour pouvoir l'analyser de manière objective. C'est cette position d'observateur participant qui permet de comprendre les significations, les symboles et les fonctions sans nécessairement adhérer aux croyances.

De l'avis des grands penseurs comme Gregory Bateson, Carl Gustav Jung et Baruch Spinoza, cette approche peut apporter une compréhension profonde et personnelle, même sans une adhésion totale aux croyances sous-jacentes. Il s'agit donc de voir comment ces systèmes de pensée peuvent être intégrés dans une perspective plus large, comment ils peuvent enrichir ma vie et m'offrir de nouvelles perspectives sans nécessiter une adhésion totale.

C'est donc avec ce regard d'anthropologue que je me propose d'explorer le Martinisme et le monisme de Spinoza, de les analyser, de les comprendre, d'y participer, tout en restant fidèle à mon agnosticisme. Cette exploration ne sera pas une simple expérience intellectuelle, mais plutôt une aventure personnelle, une quête de connaissance, de compréhension et de connexion

Dialogues sur la position de l'anthropologue

Merci Messieurs. Pour étudier, voire pratiquer un rituel et un courant de coyance, il convient, selon moi, d'adopter la position de l'anthropologue. Cette approche, également employée dans l'école de psychologie de Palo Alto, consiste à observer et analyser un phénomène culturel ou social de l'extérieur, sans s'impliquer émotionnellement ou spirituellement dans les croyances sous-jacentes.

L'anthropologue s'immerge dans la culture qu'il étudie, participant aux rituels et aux pratiques, mais il le fait avec un œil critique et analytique, cherchant à comprendre plutôt qu'à croire. Il s'agit d'une position d'observateur participant qui permet de comprendre les significations, les symboliques et les fonctions sans nécessairement adhérer aux croyances.

La question cruciale alors est la suivante : peut-on y trouver quelque chose, un apport personnel, un enseignement, un lien relationnel même sans y croire ?

Gregory Bateson: Certainement, votre approche anthropologique résonne profondément avec ma pensée. On peut tout à fait apprendre et même bénéficier de l'immersion dans une culture ou un système de croyances sans avoir à y croire pleinement. Les rituels et les symboles ont des fonctions et des significations qui transcendent la croyance individuelle. En les observant et en participant à eux, vous pouvez découvrir des aspects essentiels de la nature humaine et des relations sociales. Cette compréhension peut enrichir votre vie et vous offrir de nouvelles perspectives sans nécessiter une adhésion totale aux croyances sous-jacentes.

Carl Gustav Jung: L'exploration des mythes et des rituels, même sans y adhérer pleinement, peut révéler les archétypes universels qui sous-tendent l'expérience humaine. Ces structures profondes de l'inconscient peuvent nous éclairer sur nous-mêmes et sur notre place dans le monde. La musique, les rites, les symboles - ils peuvent tous servir de fenêtres sur notre propre psyché. Il n'est pas nécessaire de croire en eux comme des vérités littérales pour en tirer une compréhension profonde et une sagesse personnelle.

Baruch Spinoza: Votre questionnement est pertinent. La recherche de la vérité et de la compréhension ne nécessite pas forcément la croyance en un système particulier. En étudiant les lois de la nature et les principes sous-jacents à notre existence, on peut trouver une connexion à la substance universelle sans avoir besoin d'adhérer à des croyances spécifiques. La musique et les rituels peuvent être appréciés et compris en tant que manifestations de l'ordre naturel, même sans la foi. La raison et l'analyse peuvent nous conduire à une relation plus profonde et plus authentique avec le monde qui nous entoure.

A la recherche d'un passage

Aborder un Rituel Martiniste en anthropologue est possible, mais cela requiert une certaine flexibilité intellectuelle. Le profane, le fraîchement initié ou l'athée convaincu ne seront guère capables de franchir le pas. Même des membres des grades de perfection à tendance laïque pourraient se sentir pris d'une envie soudaine de fuir à l'écoute du Pater Noster ou de l'Ave Maria.

Peine perdue, cela peut valoir pour moi, pour certains, mais pas pour tout un chacun. Je me heurte à cet obstacle depuis des années, sans voir de progrès.

Néanmoins, gardons cela en suspens, en attendant que la situation se décante même si je suis désappointé face à cette impossibilité tenace qui persiste depuis tout ce temps.

"Même", on croirait le mot de passe dans une visualisation de Cyvard MARIETTE (Mon parrain en Martinisme et Maçonnerie et aussi accessoirement celui, vous saurez bien un jour ..) sur la Quête du Graal ou le Gardien du Seuil .. "Même" ..

Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

License Creative Common

© Creative common attribution - Sitemap

Mobirise